Nouvelle technique PCR pour la recherche des IST et de M.genitalium

Lettre d'information n°36 - Avril 2023

Télécharger la lettre d'information n°36 - Nouvelle technique PCR pour la recherche des IST et de M.genitalium

Afin de suivre les recommandations les plus récentes (HAS et Rémic 2022), à partir du 17/03/2023, nous avons changé de technique PCR pour la recherche des IST (Chlamydia trachomatis, Neisseria gonorrhoeae et Trichomonas vaginalis).

Notre nouvelle analyse associe systématiquement une recherche de Mycoplasma genitalium. En effet, contrairement aux Ureaplasma spp. et M. hominis, Mycoplasma genitalium, n’appartient pas à la flore commensale génitale. Elle serait la seconde cause d’urétrites non gonococciques masculines après Chlamydia trachomatis et l’agent infectieux responsable de 10 à 30 % des cervicites chez les femmes.

Les prélèvements à privilégier sont:

  • pour les hommes - les urines de 1er jet (après au moins 1h depuis la dernière miction).
  • pour les femmes - l'(auto-)prélèvement vaginal sur eSwab.

Pour les prélèvements vaginaux, un seul écouvillon eSwab suffit désormais pour la recherche de germes banaux (mycose, vaginose, …) et des IST.

Consulter notre fiche de préconisations

Pour une meilleure interprétation et afin d'éviter des traitements inutiles favorisant l'antibiorésistance, nous vous rappelons quelques informations concernant M. genitalium.

  • Sa détection est significative uniquement chez les patients symptomatiques (urétrite, cervicite, infection génitale haute).
  • En cas d'infection asymptomatique, une clairance spontanée de la bactérie est possible sans traitement.
  • Si un traitement est instauré, un contrôle est recommandé environ 5 semaines après le début de l'antibiothérapie en raison de la fréquence de la résistance de M. genatilium aux macrolides.
  • La recherche de mutations responsables de la résistance pourra être effectuée sur prescription en cas de persistance de la bactérie.
Nouvelle technique PCR